· 

Comment protéger les enfants des abus sexuels ? 

Ce mois-ci nous allons parler d’un sujet encore trop souvent tabou, celui de la sexualité ; particulièrement des abus sexuels sur mineur.

 

Pourquoi ce sujet ?

 

Vous avez peut-être pu remarquer que les scandales liés à la pédophilie au niveau du catholicisme ont refait surface ces derniers temps (voir le film Grâce à Dieu).

Les abus sexuels sur mineur  commence à se révéler en force au sein de la communauté des Témoins de Jéhovah.

Les problèmes liés à la pédophilie ne sont pas le lot seul de ces deux communautés religieuses, toutefois les victimes de pédophilie au sein des témoins de Jéhovah parlent de plus en plus librement et sont enfin entendues en Europe et par le gouvernement belge.

 

Changer l'histoire en sortant des tabous :

 

La sexualité est un moyen de contrôle très puissant.

Selon la médecine chinoise elle est reliée au chakra sacré (au nombril) qui est la chakra ou roue d'énergie qui abrite notre énergie vitale.

 

http://taoetspiritualite.fr/le-chakra-sacre

 

Les abus sexuels sont la forme d'emprise la plus enfermente qui soit puisqu'elle touche à notre intimité la plus profonde et ouvre la porte à tous les autres formes d’abus.

  

Pour arriver à sortir de cette crypte infernale de l'abus sexuel, il faut amener la lumière sur tous ces secrets et oser en parler.

C'est ce que des personnes courageuses commencent à faire et en faisant cela elles sortent de leurs enfermements pour trouver leur vraie place ; celle de victime, voie de guérison.

 

https://www.checopa.be/2018/10/31/sortir-des-tabous-pour-aller-vers-l-assertivit%C3%A9/

 

 

Outils concrets de protection :

 

Il y a énormément d'outils pour protéger les enfants contre les abus sexuels.

 

Voici 7 outils qui me paraissent accessibles et simples à mettre en place.

 

Il s'agit bien sûr des propositions d'outils ; d'autres existes et c'est à vous à aller chercher ceux qui vous parlent et qui vous paraissent les plus opportuns, selon l'âge de l'enfant et de votre histoire.

Je vous conseille de toujours être d'accord avec ce que vous dites et d'être en accord avec les propositions d’exercices que vous utilisez.

Ces outils nous ont permis de protéger des enfants de la pédophilie ; ils ont déjà montré leurs efficacités :

 

1- Raconter l'histoire du petit Chaperon Rouge :

 

"Elle évoque les trois principales déviances sexuelles punies par la loi à savoir le viol, la pédophilie et l’inceste."

 

http://www.fredericgrolleau.com/2018/02/symbolique-et-represantation-dans-le-petit-chaperon-rouge.html

 

Lire l’histoire sans aucune interprétation sera bénéfique pour les enfants.

Il est aussi intéressant de permettre aux enfants de vivre le conte sous forme de mise en scène théâtrale après la lecture mais sans apporter de correction à leurs manières de le vivre et de leur proposer de réinventer l'histoire en disant "non" au loup comme sur l'image ci-dessus.

 

2- Apprendre à dire NON :

 

Pour apprendre aux enfants à refuser toutes propositions qu'ils ressentent comme indécentes voici un exercice de groupe :

Mettre les enfants assis en cercle, demander que tout le monde disent OUI et nommer une personne qui doit dire NON.

Chacun doit à son tour être la personne qui ose dire NON.

A la fin demandez à toutes les personnes d'exprimer comment ils se sont sentis dans ce positionnement en disant "non" alors que tout le monde disait "oui".

 

3- Apprendre la position corporelle dit du "Guerrier " :

 

Cette position qui vient des arts martiaux permet une grande stabilité corporelle et émotionnelle et amène les enfants à pourvoir plus facilement exprimer ce qu’ils ressentent.

Un corps stable amène une plus grande confiance en soi.

 

Voir la position en vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=ZSjl-TzXvrE

 

 

4- Faire respecter son NON :

 

Demander à l'enfant de se mettre dans la position du guerrier, lui proposer de positionner sa main en disant clairement NON à une demande intrusif corporelle sans toucher la personne.

Exemple : L’adulte demande est-ce que je peux te chatouiller ou toucher tes cheveux ou mettre mes doigts dans ton nez (ça les faire rire à tous les coups).

 

5- Protéger en communiquant clairement ce qui est acceptable ou pas dans sa sexualité :

 

Les phrases que je propose de dire aux parents sont :

 

"Ton corps t’appartient ; personne ne peut te faire faire ce que tu ne veux pas."

"Entre enfants seulement si ce que l'autre te demande est vraiment ok pour toi c'est ok."

"Avec un adulte, toucher ou voir tes parties intimes ou les siennes n'est jamais acceptable sauf si problème médical et ce accompagné".

Si jamais il y a quelque chose de non acceptable pour toi viens m'en parler ou à une personne en qui tu as vraiment confiance"

 

6- Parler librement de la sexualité sans tabous :

 

Ne pas condamner les orientations sexuelles en disant que cela est bien ou mal.

Quand on sait que la sexualité commence in utéro il y a de quoi relativiser.

Pour pouvoir en parler librement il faut bien sûr que cela soit naturelle et cela commence en général par sortir soi-même de ses propres tabous, en sortant de tous les non-dits et interdictions imposées par la religion, l'écoles, la familles, la communauté...

Le plus facile est de commencer par des livres pour enfant et de s’ouvrir soi-même à la sexualité par la littérature.

 

Voici une collection de livres intéressantes écrite par une psychologue "Max et Lili" qui parlent de plusieurs sujets auxquels l'enfant est confronté.

"Max ne pense qu'au zizi est une réflexion sur la découverte des pulsions sexuelles. Max découvre son corps et ne pense plus qu'aux filles en maillot de bain. A l'école, ses petits camarades le traitent d' « obsédé sessuel ». La maîtresse le trouve rêveur. Il n'arrive plus à se concentrer. Dérouté, Max commence à penser qu'il n'est pas normal"

"Lili ne veut plus se montrer toute nue..."

 

https://www.notrefamille.com/maman/quatre-livres-pour-parler-de-sexualite-avec-vos-enfants-c-est-quoi-un-obsede-sessuel-o64930.html

 

7-Ne pas demander à l'enfant de faire des choses qui ne lui conviennent pas.

 

Par exemple :

Ne jamais forcer un enfant à faire une bise ou un bisou.

 

http://jereussis.be/les-bonnes-idees-et-astuces/faut-obliger-enfants-a-faire-bisous/

 

Protéger en développant l'autonomie sans surprotéger ni fabuler :

 

Pour éviter que les enfants ne puissent utiliser cela contre un adulte (cela est déjà arrivé) il ne faut pas parler des sanctions telle que la prison (ce qui en plus pourrait mettre l'enfant face à une responsabilité qui n'est pas la sienne).

Faire de la prévention et avoir comme seule intention de leurs donner les moyens de se défendre contre les prédateurs et de parler librement à qui de droit.

 

Pour les abus révélés c'est une question délicate qui se doit d'être traité par les autorités et professionnels très compétents.

 

 

Reconnaître les personnes ayant vécus des abus :

 

II est important de savoir reconnaître les personnes ayant subi elles-mêmes les abus sexuels dans leurs enfances afin de pouvoir les rassurer.

J'ai pu constater que lorsque les équipes pédagogiques étaient confrontées à ce problème et elles se sentaient démunies allant jusqu'à imposer voir juger les mamans ( le plus souvent ) qui ne voulaient pas laisser partir leurs enfants en voyages scolaires ou qui s'inquiétaient plus que d'ordinaire lors des jeux d'enfants dans les toilettes.

L'humain a comme mécanisme de défense pour se protéger des souffrances émotionnelles trop violentes, d'oublier certains événements.

C'est pourquoi les parents ayant été victimes d'abus lors de leurs enfances vivent des peurs qu'ils transposent à tort ou à raison sur leurs enfants sans savoir pourquoi.

 

C'est leur instinct qui prend le dessus parce que le corps garde en mémoire les traumas du passé non résolus et non conscientisés.

C'est la bienveillance et l'écoute qui aideront les personnes en charge de l'enfant à comprendre que derrière toutes réactions des parents il y a une cause liée aux traumas familiales et comme pour toutes voies de changement profitables à la cellule familiale, il ne faut en aucun cas forcer ou culpabiliser les familles.

 

Des solutions peuvent être mises en place comme permettre aux parents de trouver ce qui leurs conviennent sans se placer comme thérapeute de fortune ou de vouloir psychanalyser les parents.

 

J'insiste beaucoup sur cela car c'est à mon sens aux vues de mes expériences dans l'accompagnement des personnes ayant vécu des abus sexuels que c'est le respect du libre arbitre qui permet aux familles de casser les cycles liés à la pédophilie et d'aller vers la guérison.

 

J'espère de tout cœur que vous pourrez partager cet article aux personnes concernées telles que les professeurs, les éducateurs et les parents afin de préserver le plus possible d'enfants de ce fléau mondiale.

 

Céline Rouge 

Co-fondatrice de l'asbl CheCoPa

Coach de vie et Thérapeute familiale