Il quitte Jéhovah : sa vie sociale est ruinée .La Cour européenne des droits de l’Homme saisie

Voici des nouvelles concernant l'action devant la Cour européenne des droits de l'homme que mène Jacques Lejeune dans le journal La Meuse.

Deux avocats Maitres  Florence Gobron et Jean-Louis Gilissen  

 

"profitent" du projecteur braqué sur les Témoins de Jéhovah pour dénoncer l’ostracisme et le harcèlement que les Témoins de Jéhovah  exercent sur les membres qui ont été exclus .
Le lien avec  la pédophilie est fait
dans le deuxième article : 
La terrible règle des deux témoins et 

 

le Onzième commandement .
Nous vous informerons prochainement pour la suite des actions menées envers la Watchtower pour les victimes de la pédophilie pour la France et la Belgique.
Télécharger
article Meuse.pdf
Document Adobe Acrobat 305.3 KB

Enquête menée dans le groupement des Témoins de Jéhovah sur la pédophilie. Cette organisation par sa justice interne cache des pédophiles hauts placés.


Les témoins de Jéhovah : “une secte dangereuse”

En Belgique, 24.000 témoins de Jéhovah parcourent les rues pour recruter des disciples. Cette communauté méconnue soigne sa communication et son image. Mais derrière cette façade, des membres sont en souffrance. Frédéric Hoebeeck a passé 21 ans dans cette secte. Il confie son histoire, afin que d’autres ne tombent pas dans le même piège.

 

“J’étais une aubaine pour eux car j’étais dans les institutions de l’État, j’ai été abandonné par mes parents”, se souvient Frédéric Hoebeeck. “Je cherchais une réponse à des questions fondamentales. À 21 ans, je me suis retrouvé seul, alors que j’avais l’habitude d’être entouré d’enfants et d’éducateurs. Cet isolement m’a perturbé. J’ai ressenti une insécurité incroyable. Les témoins de Jéhovah m’ont contacté, par le biais du porte à porte. Ils répondaient à mes questions spirituelles, ce qui constituait un besoin fondamental.”

 

Il n’en faut pas plus à Frédéric pour rentrer dans ce qu’il qualifie d’”une secte dangereuse”.

Cinq ans après, il y rencontre son épouse. “Les témoins de Jéhovah ne peuvent se marier qu’entre eux. Problème : on y compte un homme pour cinq femmes. Du coup, énormément de femmes de cette communauté subissent la solitude. Elles ne le montrent pas : la coutume impose de toujours garder une belle façade. On souffre en silence”.

 

Mais, en 2012, il ouvre les yeux sur cette communauté qui l’a recueilli. “Quand j’ai vu une émission sur les problèmes de pédophilie chez les témoins de Jéhovah, j’ai refusé que mes filles fassent du porte à porte seules avec un homme. Ma femme et moi avons été mal vus, accusés de suspicion contre les ‘anciens’. On s’est dit qu’il y avait un problème, nos craintes ont été confirmées : deux de ces ‘anciens’ étaient soupçonnés de pédophilie.”

 

La pédophilie incarne l’une des casseroles que trimbalent les témoins de Jéhovah depuis plusieurs années. Un rapport du Centre d’Information et d’Avis sur les Organisations Sectaires Nuisibles (CIAOSN) a alarmé la justice belge. Un groupe de travail présidé par le député fédéral André Frédéric (PS) s’est mis en place: 17 victimes ont été entendues jusqu’ici en Belgique, mais le phénomène est devenu mondial. Au Pays-Bas, 286 victimes ont été recensées entre octobre 2017 et juin 2018.

 

Lorsqu’un cas de pédophilie se déclare chez les Témoins de Jéhovah, ils rassemblent un conseil d’anciens, qui confronte les victimes à leur agresseur. “C’est vraiment horrible. Les anciens posent des questions tellement intrusives, c’est très malsain. Ils prennent une décision qu’ils gardent secrète. Ils peuvent décider que la personne accusée soit exclue, mais les agresseurs peuvent aussi se repentir et réintégrer la secte. J’ai connu deux personnes dans ma congrégation qui ont commis des abus sur leurs enfants. Ils ont fait de la prison, mais, comme ils faisaient partie des anciens, ils ont pu revenir… Mais ce n’est pas parce qu’on est repentant qu’on est guéri.”

 

Heureusement, Frédéric et sa famille sont sortis indemnes physiquement de cette secte. Mais psychologiquement, les dégâts restent gigantesques, profonds, irrémédiables: “On se rend compte que nous avons été endoctrinés et manipulés. C’est très pervers, on a vraiment envie de se suicider.”

 

Frédéric et sa femme ont créé l’ASBL CheCoPa pour venir en aide aux victimes de dérives sectaires. Ils apportent un soutien psychologique aux personnes qui passent par la même épreuve qu’eux. Aujourd’hui, lui et sa famille n’ont plus de contact avec la secte. Ils ont trouvé leur place dans la société, et vivent une vie normale, loin de cette peur constante instituée par les anciens.

 

Anne Gerday

 

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Frédéric sur la page Facebook de l’émission Lucide, ou en suivant ce lien : https://www.mixcloud.com/Lucide48FM/episode-13-les-sectes-et-les-t%C3%A9moins-de-j%C3%A9hovah/

 

Si vous avez été victime de dérives sectaires, n’hésitez pas à contacter l’ASBL CheCoPa via leur site internet, checopa.be.


Reportage JT 1/04/2019 la non dénonciation de la Pédophilie chez les Témoins de Jéhovah


Interpellation citoyenne ce 19 -02-19 pour le problème de la pédophilie chez les Témoins de Jéhovah

Lien son remixé : https://www.youtube.com/watch?v=1_rTfasA1cc&t=2s

Télécharger
Interpellation citoyenne PDF
Document lu pendant les 6 premières minutes .
Interpellation prosélytisme TJ WB pdf.pd
Document Adobe Acrobat 332.2 KB

Nous avons interpellé le conseil communal de Watermael-Boitsfort (1170 Bruxelles ) ce mardi 19 février 2019 pour demander d'interdire le prosélytisme des Témoins de Jéhovah au sein de notre commune afin de protéger les enfants des prédateurs sexuels au sein de ce mouvement. La plupart des abus hors famille se passe dans le cadre de la prédication de porte en porte. Les enfants sont souvent livrés à des personnes étrangères à la famille. Des cas avérés témoignent d'abus sur mineur durant ce moment de prédication où l'enfant est amené dans des lieux isolés ou chez la personne qui abuse de l'enfant.

 

 

Nous sommes heureux de vous annoncer que le collège communal de Watermael-Boitsfort  soutient nos actions dans notre combat pour protéger les enfants de la pédophilie au sein des Témoins de Jéhovah en autre.
Voici la réponse du conseil communal de Watermael-Boitsfortje cite :
"Le collège est bien entendu d'avis d'informer au mieux la population face aux risques encourus par des organisations religieuses malveillantes, et nous nous engageons à publier un article dans le journal communal, sur les sites et page Facebook de la commune, afin de renseigner nos habitants sur le fonctionnement spécifique de telles structures, sur leur mode d'action.
Et bien entendu, les enfants et personnes fragiles sont notre public à protéger en priorité, par la diffusion d'une information de qualité, encore et toujours.
Pour que le jugement éclairé et libre donc, soit le critère, et pas la manipulation et le mensonge."
 
D'autre propositions ont été émises à partir de la 14ième minute ; je vous laisse le découvrir.
Mettez un casque avec le son max pour entendre.
Je n'ai pas trouvé les sous titres automatiques

 


Reportage de prévention sur les Témoins de Jéhovah 11/01/2019

Reportage de Basile Godtbil pour la chaîne belge RTL-TVI, paru le 11/01/2019 sur les Témoins de Jéhovah. Pour ceux qui ne peuvent pas accéder à la chaîne belge


Pédophilie 20/12/2018 Belgique

Télécharger
interview Frédéric hoebeeck co-fondateur CheCoPa concernant la pédophilie au sein des témoins de Jéhovah
interview Frederic pédophilies chez les
Fichier Audio/Vidéo MP4 15.8 MB

Reportage vidéo Bx1 07/2018

Prosélytisme indécent des témoins de Jéhovah au parc Maximilien ou se trouve des réfugiés révélé par une chaîne de télévision Belge


Article dans la Dernière heure 07/2018

Suite de l'article içi 

Télécharger
article maximillien.pdf
Document Adobe Acrobat 450.4 KB
Télécharger
article maximilien bis.pdf
Document Adobe Acrobat 182.7 KB

Article du journal Métro 2017

D’où vient le nom de votre association : CheCoPa ?

CheCoPa est l’acronyme de Chenille, Cocon et papillon. Son objectif est de donner des outils d’assertivité qui amènent les personnes à leur autonomie spirituelle, relationnelle et professionnelle.

Je suis coach de vie et thérapeute volontaire. J’accompagne les personnes en individuel et dans les ateliers que j’anime. Ces ateliers leur permettent d’apprendre à mieux se connaitre, à s’affirmer dans le respect de l’autre et à prendre leur place au sein de leur environnement en respectant leur être profond.

Pourquoi travaillez-vous pour cette bonne cause ?

Ma première motivation est de pallier aux besoins des personnes en souffrance liée au manque d’estime de soi et à les aider à développer l’esprit critique constructif. Ce qui me plait est de vivre en cohérence avec mes valeurs et ma personnalité et de continuer à apprendre grâce à l’échange entre humains qui est d’une richesse incroyable.

Votre asbl a-t-elle besoin d’aide ?

Nous recherchons des volontaires qui puissent nous rejoindre dans cette activité passionnante qui ne cesse de se co-créer grâce aux outils d’intelligence collective sur lesquels l’association vit.