Inscrivez vous à notre newsletter

Chaque mois vous recevrez des outils pratiques pour contrer la manipulation et développer votre esprit critique de manière constructive.

Vous serez tenus au courant de nos activités, ateliers, conférences, nouvelles vidéos.

Pensez à nous répertorier dans votre carnet d'adresse afin d'éviter de la recevoir dans les spams 

Newsletter Janvier 2018

Comment vivre un bon Pas-sage et allez de l'avant dans vos objectifs de vie ?

Bonjour à toi,

Voilà une année terminée et une autre qui commence, l'histoire se répète sans fin jusqu'au jour où nous tré-passerons.

Nous avons deux façons de voir cette nouvelle année,
-soit nous la subirons
-soit nous l'activerons.
 
Et bien pour ceux qui décident d'activer l'année 2018, je vouspropose une méthode que j'ai pu tester et qui a porté ses fruits.
 
Il s'agit de celle des 12 actions à mener pendant les 12 premiers jours de janvier.

Les 12 premiers jours de janvier représentent les 12 mois de cette année 2018 en tout cas si nous le décidons en conscience en y mettant notre intention.
Alors pour ceux qui ont envie de faire des PAS-SAGES vers leurs constructions voici comment s'y prendre :

Pour pouvoir sortir de nos emprises, je vous conseille de trouver une alternative vis à vis  de notre comportement lié à votre " enfant soumis " et de demander à votre enfant intérieur de ne PAS être SAGE concernant toute la domestication que vous avez subis.

Pendant les 12 premiers jours de janvier, faites une phrase simple en rapport avec un changement ou une évolution qui vous tient à cœur.
Attention toutefois à ne pas trop vous mettre la pression, variez en mettant des petits changements après de gros changements à effectuer.
Mettez vos phrases au présent dans l'affirmatif.

Lorsqu'il s'agit de choses profondes cette méthode activera le processus de changement pour les années à venir.
C'est une méthode qui vous permet d'avancer dans votre vie.
 Je ne vous promets pas que tout sera résolu, mais quand vous ferez votre bilan dans 12 mois, vous pourrez constater que cela aura eu de l'effet dans votre vie.
Vous aurez actionné le levier du changement pour la suite de votre vie.

Ensuite lorsque vos phrases sont décidées, je vous propose de les noter au 1er de chaque mois correspondant puis de décider d'un acte symbolique et ou d'une action concrète à faire en rapport avec le thème choisi le 1er du mois dis, et ensuite et surtout de lâcher-prise sur le résultat.
 
Par exemple, si vous décidez de travailler sur votre confiance en vous, vous pouvez décider comme action concrète de vous inscrire à un atelier sur ce thème, d'acheter une formation ou bien même de visionner des vidéos sur le net.
 
Les actes symboliques peuvent s'utiliser de plusieurs manières que se soit pour cloturer un deuil comme par exemple programmer un enterrement auquel vous n'avez pas pu assister ou bien pour amorcer un processus de changement profond comme sortir des jugements, etc...
 
lien concernant les actes symboliques :
 
 
Notez le dans un agenda qu'il soit téléphonique ou papier.
Ne regardez plus votre intention du mois avant fin décembre 2018, faites confiance au processus.
 
Tout changement conmmence par l'acceptation.
Cette acceptation permet d'effectuer la moitié du chemin.
L'acceptation commence pas l'observation sans jugement.
Cela s'appelle la conscientisation.


Si vous avez envie d'être accompagné en séance de coaching, pour ce travail notre Asbl vous propose des séances d'accompagnements individuelles par Skype.

Et comme ce n'est pas tous les jours le début d'année, nous vous proposons une séance de coaching à moitié prix à 25€ au lieu 50€ pour toutes séances prises avant le 31 janvier.
Valable pour 1 séance de 1H00 à 1h30.

En vous souhaitant
 
une bonne année 2018 et qu'elle soit constructive

Céline Rouge
  Thérapeute holistique et Coach de vie

Facilitatrice
en intelligence collective et
en coaching systémique

Co-fondatrice de CheCoPa

www.checopa.be

Newsletter Octobre 2017

Comment être dans la bienveillance de nous-même grâce à un cadre adéquat ?

 

Bonjour à tous et toutes,

Il me semble opportun de vous sensibiliser sur l'importance de faire la différence entre le cadre et le conditionnement ( voir lien ci-dessous après les vidéos ) 
https://www.checopa.be/autonomie-spirituelle/se-reconstruire/
 Le cadre est une forme de convention que nous passons entre nous.
Cela se fait de manière explicite ou implicite, c'est ce qui régit notre bon vivre ensemble.
Ces conventions viennent de coutumes acquises de notre environnement, la plupart du temps, et ne sont souvent pas faites en conscience mais plus par éducation.
 Les différents types de cadres
 
Il existe des cadres carrés et rigides et à contrario des cadres ronds comme sur l'image qui ont même une ouverture.
Pour arriver à un cadre non rigide, il est important de faire un travail sur soi.

Lorsqu'un cadre est trop rigide il tue la créativité et nous conditionne à ne plus réfléchir par nous-même. Dans les mouvements sectaires se sont des règles qui définissent le cadre et non des principes de vie, même si ceux-ci prônent le contraire.
Au plus le cadre sera dur et rigide et plus les dérives seront sérieuses.

Un cadre carré peut être appelé "conformiste" c'est à dire que cela ressemble plus à un moule qui façonne l'être et ne permet pas à notre être intérieur de se révéler.
Le but du cadre

Le but d'un cadre peut être très différent, c'est pour cette raison qu'il ne peut pas être le même selon l'objectif à atteindre et le contexte.
Il ne sera pas le même, si vous posez un cadre avant de jouer à un jeu de société ou si vous travaillez sur un projet bien défini ou bien encore si vous êtes avec un groupe de personnes de tranches d'âges différentes.

Son but est de permettre une cohésion sociale et d'être soi dans le respect de l'autre. Il donne une sécurité de par ses limites. C'est à mon sens son but le plus important.
La solution est dans l'intention qui est recherchée dans la pose du cadre. Est ce pour contrôler ou bien pour nous permettre de nous épanouir ?
Pourquoi poser un cadre?
 
Le fait de poser un bon cadre permet une plus grand liberté d'expression et de confiance mutuelle.
Il permet de canaliser le potentiel humain et de développer ainsi la créativité, le bien être de chacun et du collectif.
 
Le cadre doit se poser dès le début, il se doit d'être bienveillant et ferme par sa structure.
Il est nécessaire de faire des recadrages réguliers, c'est à dire de rappeler les règles définis au début et par la suite, lorsque l'habitude est prise, l'intégration du cadre se fait par l'ensemble des personnes et fusionne avec elles.

Une personne m'a dit un jour qu'il ne voyait pas le cadre dans mes ateliers et pourtant tout allait super bien, je lui ai répondu que lorsque le cadre ne se voit plus, c'est qu'il a atteint son but.
Car en effet le cadre doit rester un outil parmi tant d'autre.
Nous avons une phrase phare dans notre ASBL pour éviter toutes dérives liées aux outils de développement personnels et de thérapies :
"Il ne faut pas confondre l'outil et le but"
Quel est la différence entre poser un cadre et  poser des conditions ? 


Lorsque nous posons un certains nombres de conditions, nous ne sommes pas dans la bienveillance. En effet, il y aura toujours des personnes qui ne voudront ou ne pourront pas atteindre ces conditions. Nous portons atteinte au libre arbitre et nous risquons de rejeter certaines personnes.

N'est-ce-pas ce que nous vivons dans notre système politique ?
Nous entendons souvent des personnes s'entendre dire :
"Désolé, vous ne rentrez pas dans nos conditions d'admissions".

Lorsqu'il y a des conditions, il y a forcément exclusions sociales.

Ce qui est terrible, c'est lorsque cela porte atteinte aux besoins fondamentaux de l'humain tels que manger, avoir un toit, rapprocher sa famille etc...
Si vous n’avez pas de papier par exemple vous n’avez pas le droit d'obtenir le minimum vital.


Je ne dis pas qu'il ne faut mettre aucunes conditions car ce serait l'anarchie sur terre. Par contre, un principe que j'applique et que j'aime à transmettre afin de ne pas être dans un jeux de pouvoir est :


"De donner la possibilié d'accomplir les exigences que nous demandons"

Réfléchissez bien à cela, c'est un des points les plus importants afin de sortir des "jeux de pouvoirs"

Si je donne la possibilité aux personnes d'atteindre mes conditions pour entrer dans ma structuremon cadre est comme sur la photo, rond et ouvert, en d'autre mot bienveillant car je tiens compte des sentiments et des besoins de l'autre et je fais en sorte que cela soit atteignable.

Soyez attentif aux paroles si vous entendez le petit mot "si", vous êtes dans du conditionnel et non dans de l'inconditionnel. Par contre si vous n'êtes pas en phase avec une règle venant d'un bon cadre, vous entendrez quelque chose comme "lorsque".
 "Si" est une formule contraignante, tandis "lorsque" ouvre le champ du possible. 
 
Qui doit poser le cadre ?

Notre système éducatif favorise un cadre que je nommerai plus "carré". On parle de règles à suivre, règles données par l'autorité établie où les enfants n'ont pas leurs mots à dire.
Certaines écoles s'en rendent compte et essayent d’inclure les enfants. C'est déjà un grand pas en avant. Dans un contexte où il y a une autorité naturelle c'est "l'animateur ", l'éducateur ou le parent qui pose la cadre.

Lorsque le cadre est posé par l'autorité il est moins facile de le suivre car il nous est imposé, donc nous subissons ce cadre qui ne peut pas convenir à tout le monde.


Par contre lorsqu'il s'agit d'un collectif sans ordre hiérarchique tel qu'un ensemble d’élèves ou de salariés, le collectif sera concerné. Il faudra toutefois un gardien d'un pré-cadre pour y arriver.
 Comment poser le cadre ?
Lorsque le collectif a la possibilité de poser le cadre ensemble c'est l'idéale.
Il faut du temps pour cela, beaucoup d'énergie et d'attention.
Poser un cadre doit se faire en tout premier lieu et de manière bienveillante, c'est le départ à toute relation interpersonnelle.

Même dans la famille lorsque l'enfant peut de temps à autre proposer des règles et se confronter à sa faisabilité, cela est très enrichissant pour lui de constater qu'il y a des lois immuables auxquelles chaque être humain ne peut défier.

Le cadre se doit d'être bien compris, la reformulation peut s'avérer nécessaire.
Que dois contenir un cadre bienveillant ?

Principes tirés de la communication assertive :

Parler en JE, éviter le TU qui tue et abolir le ON.
Pas de jugement car en langage des oiseaux si je juge je mens.
Pas de ping pong (lorsqu'un personne parle on ne réagit pas sauf sur demande explicite).
- Pas de justification.
Chacun s'occupe de ses besoins et pas ceux des autres (sortir du syndrome du sauveur).
Confidentialité respectée.
- Esprit de compétition écarté.
- Osez exprimer votre désaccord en cherchant une solution constructive.

Voici en vidéo 4 principes de vie qui permettent ce cadre bienveillant :
https://kaleidoscope-kids.eu/4732-2/
 
Exercice paradoxal : Faites cet exercice pour remettre en question certains cadres.

http://je-choisis-ma-vie.fr/2012/06/08/changer-de-vie-sortir-du-cadre/

Exercice pratique : Décidez de parler en JE.
C'est le début de toute communication bienveillante et qui vous rend puissant, juste et responsable.

Céline Rouge Théra-Coach