Vivre nos chemins en consciences partagées

L’association a pour but de prévenir et de soutenir tout demandeur qui est sous l’emprise de la manipulation, abus de pouvoirs et/ou jeux de pouvoir interpersonnels et intrapersonnels et sous l’emprise de l’endoctrinement qu’ils soient à caractère sectaire ou non, que ce soit spirituel, personnel, professionnel et/ou commercial, ce qui inclut toute personne tant morale que physique quel qu’elle soit.

 

Nous avons défini trois poles d'action : celui de l'autonomie spirituelle, celui de l'autonomie relationnelle et celui de l'autonomie professionnelle

 

L’association a également pour but de permettre à tout demandeur de devenir autonome et responsable de sa vie en lui donnant des outils durables tirés du développement personnel, adaptés à ses besoins en vue de prendre pleinement sa place dans la vie. 

En vue d'atteindre ses objectifs, l'association a pour fonction de négocier et conclure des accords de partenariat avec divers acteurs qu’ils soient associatifs, commerciaux, individuels ou politiques du moment que la neutralité, chère à CheCoPa, soit préservée.

 

Elle crée en son sein un statut de volontaire équitable autonome (VeA) abréviation :

Ce statut se définit comme une activité bénévole au sein de l’association comme tremplin pour la réalisation de son projet.

Le volontaire bénéficie : de l’infrastructure de l’association, de la préservation de son projet et d’une tenue comptable simple.

Le volontaire équitable autonome reste maître de ses investissements.

Il développe son projet sous le nom de l’association avec son propre logo.

Il s’investit dans la cogestion, participe équitablement à la formation que l’association met à sa disposition pour son projet.

Il est membre effectif.

Il est porteur d’un projet qui soit en cohérence avec la mission de CheCoPa et d’utilité publique.

Il doit être dans une dynamique participative en âme et conscience, accepter et respecter le cadre de l’intelligence collective, continuer à se former et à se remettre en question.

 

L’association peut devenir médiateur pour les personnes victimes de manipulation, d’abus de pouvoir et/ou de jeux de pouvoir afin de recréer une cohésion sociétale par l’assertivité et de permettre au(x) demandeur(s) de (re)trouver sa dignité par son potentiel en un projet personnel en cohérence avec sa demande.

L’association peut aussi soutenir et promouvoir toute initiative citoyenne qui est en lien avec les buts décrits.


On entend par manipulation mentale ou endoctrinement :

Faire faire, faire dire, faire penser, faire ressentir, quelque chose à quelqu’un qui lui soit préjudiciable et qu’elle n’aurait pas fait sans l’incitateur qu’il soit une personne morale ou physique. 

 

« La notion de manipulation mentale implique l’adjectif " insidieux " qui, selon la définition, a le caractère d’un piège dont l’apparence masque au début la gravité réelle. Grâce à cette notion, l’adepte retrouve son statut de sujet désirant et responsable et, en même temps, un statut de victime puisqu’il y a décalage entre ce à quoi il croit s’engager et ce à quoi il s’engage réellement. » source : http://www.unadfi.com/   


C'est quoi l'assertivité ?

L'assertivité est un mode de communication qui concilie l'affirmation de soi-même et le respect d'autrui.

Pour Dominique Chalvin, l'assertivité c'est " l'expression de sa propre personnalité sans susciter l'hostilité de son environnement, c'est savoir dire " non " sans se sentir coupable ".

L'assertivité est l'inverse de soumission .

Pour y arriver, il est primordial d'écouter ses besoins et de les exprimer.

La définition simple que nous avons choisi pour "assertivité " est

" L'affirmation de soi dans le respect de l'autre ".



Parabole du papillon

"Un homme trouve le cocon d’un papillon.

Un jour, il voit une petite ouverture apparaître et il passe plusieurs heures à observer le papillon qui essaie de sortir par le petit trou. Puis soudainement, le papillon ne semble plus faire de progrès. C’est comme s’il était à la limite de sa capacité et qu’il ne pouvait pas aller plus loin. L’homme décide donc d’aider le papillon. Il prend des ciseaux et coupe le reste du cocon. Le papillon en sort ensuite facilement. Mais il se produit quelque chose d’étrange. Le corps du papillon est gonflé et ses ailes sont ratatinées. L’homme continue à observer le papillon et s’attend à ce qu’à tout moment, les ailes grandissent pour soutenir le corps qui se contractera avec le temps. Mais cela ne se produit pas. Le papillon passe en effet le reste de sa vie à se traîner, avec un corps gonflé et des ailes déformées. Il n’arrive jamais à voler.

Ce que l’homme, dans son empressement et animé par des sentiments de compassion, n’avait pas compris, c’est que la constriction exercée par le cocon et la lutte exigée du papillon pour sortir par la petite ouverture étaient les moyens prévus par Dieu pour pousser le liquide du corps du papillon vers ses ailes pour qu’il soit prêt à prendre son envol une fois sorti du cocon.

Parfois, les luttes sont exactement ce dont nous avons besoin dans la vie. Si Dieu nous permettait de traverser la vie sans obstacles, nous deviendrions infirmes. Nous ne serions pas aussi vigoureux que nous aurions pu l’être. De plus, nous ne pourrions jamais prendre notre envol !

J‘ai demandé la force… Et Dieu m’a donné les difficultés pour me rendre fort.

J‘ai demandé la sagesse… Et Dieu m’a donné des problèmes à résoudre.

J‘ai demandé la prospérité… Et Dieu m’a donné un cerveau et des muscles pour travailler.

J‘ai demandé de pouvoir voler… Et Dieu m’a donné des obstacles à surmonter.

J‘ai demandé l’amour… Et Dieu m’a donné des gens à aider dans leurs problèmes.

J‘ai demandé des faveurs… Et Dieu m’a donné des potentialités.

Je n’ai rien reçu de ce que j’ai demandé… Mais j’ai reçu tout ce dont j’avais besoin !"

Auteur(e) inconnu(e)