· 

L'importance d'un cadre adéquat pour aller vers l'assertivité 

 

Bonjour à tous et à toutes 

 

Dans cette newsletter je mettrai l'accent sur l'importance d'avoir un cadre adéquat pour développer des relations pacifiques et authentiques au sein d'un collectif.

 

Qu'est-ce qu'un cadre ?

 

Le cadre est une forme de convention que nous passons entre nous. Cela se fait généralement de manière implicite, c'est ce qui régit notre bon vivre ensemble.

Ces conventions viennent de coutumes acquises de notre environnement, la plupart du temps, et ne sont souvent pas faites en conscience mais plus par éducation.

 

Les différents types de cadres :

 

Il existe des cadres carrés et rigides et à contrario des cadres ronds comme sur l'image avec une ouverture.

Pour arriver à un cadre souple, il est important de faire un travail sur soi, c'est notre sécurité intérieure qui nous permettra de pouvoir apporter un cadre bienveillant et de le faire respecter.

Lorsqu'un cadre est trop rigide il tue la créativité et nous conditionne à ne plus réfléchir par nous-même. Dans un environnement conformiste ne se sont plus que des règles imposées qui définissent le cadre et non des principes de vie.

Un cadre carré et rigide ressemble plus à un moule qui façonne l'être et ne permet pas à notre être intérieur de se révéler.

 

Le but du cadre

 

Son but peut être très différent, c'est pour cette raison qu'il ne peut pas être le même selon l'objectif à atteindre et le contexte.

Son but est de permettre une cohésion sociale et d'être soi dans le respect de l'autre. Il donne une sécurité de par ses limites. C'est à mon sens son but le plus important.

L’important est dans l'intention qui est recherchée.

Est-ce pour contrôler ou bien pour nous permettre de nous épanouir ?

J'insiste sur le fait d’exprimer l'intention dans la pose du cadre car cela  permet aux personnes de se sentir en sécurité en comprenant le bien fondé.

 

Pourquoi poser un cadre?

 

Le fait de poser un bon cadre permet une plus grande liberté d'expression et de confiance mutuelle.

Il permet de canaliser le potentiel humain et de développer ainsi la créativité, le bien être de chacun et du collectif.

Le cadre doit se poser dès le début, il se doit d'être bienveillant,  ferme, clair et légitime

. .

Il est nécessaire de faire des recadrages réguliers, c'est à dire de rappeler les règles définies au début et par la suite.

Lorsque l'habitude est prise, l'intégration du cadre se fait par l'ensemble des personnes, il est tout de même opportun de le rappeler et même de demander si tout le monde est ok avec cela et s'il y a des règles à proposer en plus.

 

Une personne m'a dit un jour qu'il ne voyait pas le cadre dans mes ateliers et pourtant tout allait super bien, je lui ai répondu que lorsque le cadre ne se voit plus, c'est qu'il a atteint son but car en effet le cadre doit rester un outil parmi tant d'autre.

 

Nous avons une phrase phare dans notre ASBL pour éviter toutes dérives liées aux outils de développements personnels et de thérapies : "Il ne faut pas confondre l'outil et le but"

 

Quel est la différence entre poser un cadre et poser des conditions ?

 

Lorsque nous posons un certains nombres de conditions, nous ne sommes pas dans la bienveillance. En effet, il y aura toujours des personnes qui ne voudront ou ne pourront pas atteindre ces conditions. Nous portons atteinte au libre arbitre et nous risquons de rejeter certaines personnes.

 

N'est-ce-pas ce que nous vivons dans notre société ?

Nous entendons souvent des personnes s'entendre dire :

"Désolé, vous ne rentrez pas dans nos conditions d'admissions".

 

Lorsqu'il y a des conditions, il y a forcément exclusions sociales.

 

Ce qui est terrible, c'est lorsque cela porte atteinte aux besoins fondamentaux de l'humain tels que manger, avoir un toit, rapprocher sa famille, etc...

Si vous n’avez pas de papier par exemple vous n’avez pas le droit d'obtenir le minimum vital.

Je ne dis pas qu'il ne faut mettre aucune conditions car ce serait l'anarchie sur terre. Par contre, un principe que j'applique et que j'aime à transmettre afin de ne pas être dans un jeux de pouvoir est de : donner la possibilité d'accomplir les exigences que nous demandons".

 

Réfléchissez bien à cela, c'est un des points les plus importants afin de sortir de nos "jeux de pouvoirs".

Si je donne la possibilité aux personnes d'atteindre mes conditions pour entrer dans ma structure, mon cadre est comme sur la photo, rond et ouvert, en d'autre mot bienveillant car je tiens compte des sentiments et des besoins de l'autre et je fais en sorte que cela soit atteignable.

 

Soyez attentif aux paroles si vous entendez le petit mot "si". Vous êtes dans du conditionnel et non dans de l'inconditionnel. Par contre si vous êtes  en phase avec une règle venant d'un bon cadre, vous entendrez quelque chose comme "lorsque".

"Si" est une formule contraignante, tandis "lorsque ou quand" responsabilise la personne qui donne l'injonction.

 

Exemple : Si tu manges tes légumes, tu auras un dessert (choix contraignant qui renvoi la responsabilité à la personne qui subit le cadre).

Lorsque (quand) tu auras mangé tes légumes, tu auras un dessert (cette formulation ne donne pas le choix mais rappel le cadre imposé par l'autorité légitime).

 

Qui doit poser le cadre ?

 

Dans un contexte où il y a une autorité naturelle c'est l'animateur , l'éducateur ou le parent qui pose ou propose le cadre.

Lorsque le cadre est posé par l'autorité il est moins facile de le suivre car il nous est imposé, donc nous subissons ce cadre qui ne peut pas convenir à tout le monde.

Par contre lorsqu'il s'agit d'un collectif sans ordre hiérarchique tel qu'un ensemble d’élèves ou de salariés, le collectif sera concerné. Il faudra toutefois un gardien d'un pré-cadre pour y arriver.

 

Lorsque le collectif a la possibilité de poser le cadre ensemble c'est  l'idéal.

 

Comment poser le cadre ?

 

Il faut du temps pour cela, beaucoup d'énergie et d'attention.

Poser un cadre doit se faire en tout premier lieu et de manière bienveillante, c'est le départ à toute relation interpersonnelle productive.

 

Lorsque l'enfant peut proposer des règles et expérimenter sa faisabilité cela est très enrichissant pour lui car il pourra constater qu'il y a des lois immuables auxquelles chaque être humain ne peut défier.

 

Le cadre se doit d'être bien compris, la reformulation peut s'avérer nécessaire.

 

Que doit contenir un cadre bienveillant ?

 

Voici des principes tirés de la communication assertive :

 

Parler en JE, éviter le TU qui tue et abolir le ON.

Eviter le jugement car en langage des oiseaux si je juge je mens.

- Eviter le ping-pong dans le sens d'écouter la personne jusqu'au bout et de ne pas rebondir sur c'est propos lorsqu'elle prend le temps de déposer quelque chose de personnel sans demande d'aide particulière

- Eviter la justification.

S'occuper seulement de ses besoins

Confidentialité respectée.

Esprit de compétition écarté.

Osez exprimer votre désaccord en cherchant une solution constructive.

 

Une fois le cadre et le recadrage fait,  l’interaction, l'apprentissage, la créativité peuvent s'exprimer en toute simplicité.

 

Céline Rouge

Coach de vie Thérapeute

Formatrice et facilitatrice en intelligence collective systémique

 

  ------------------------------------------------------------

 

 

Programme de nos ateliers et formations  Février 2019

 

Toutes les informations ici :

https://www.checopa.be/agenda/

 

Jeudi 7 février de 10h à 12h

 

Groupe de parole

"Je dis de Moi" pour aller vers soi "

pour sortir d'emprise et se reconstruire

 

----------------------------------------------------------

 

4 dimanches de mars à juin

 

Formation certifiante

 en intelligence collective systémique

 

 

 ------------------------------------------------------ 

 

Samedi 23 février à 19h00

 

 Projection "L'école de la vie "

 

de Julien Perron

 

 ----------------------------------------------------------

 

 

Vendredi 15 février 19h30 à 21h30

 

Atelier participatif

 

"Apprendre à accueillir et à gérer ses émotions"

 

 

---------------------------------------

 

Mardi 19 février de 10h à 12h

ou

Vendredi 22 février de 19h à 21h

 

 

Réflexion autour des certaines traditions

 "islamiques" non coraniques

 

 

Inscriptions et  informations ici :

 

 https://www.checopa.be/agenda/